N°407
SG Logo 12/02/2018
 
premium hebdo
 
homepage homepage homepage homepage homepage homepage homepage homepage
 
POINT SECTEUR
 
 

Le secteur des cosmétiques soutenu par la solidité de la demande mondiale

A l’instar de l’univers du luxe (voir Premium Hebdo du 05/02), les groupes de cosmétiques (parfums, crèmes etc.) profitent de l’embellie de la croissance et de la forte demande en provenance d’Asie. L’Oréal, leader mondial incontesté, a publié des résultats 2017 très solides mais la concurrence est vive sur les produits grand public. 

Le secteur des cosmétiques se porte bien au niveau mondial. Après une hausse de 4-5% constatée en 2017, le marché des produits de beauté et d’entretien du corps devrait encore accélérer cette année. Du moins si l’on en croit les déclarations récentes de Jean-Paul Agon, le patron de L’Oréal. L’Oréal vient justement de présenter ses résultats de l’exercice 2017 marqués par une hausse de 4,8% du chiffre d’affaires (en comparable) à 26 milliards d’euros et de 3% du résultat opérationnel à 4,7 milliards d’euros. Grâce à la vente de la chaîne The Body Shop, peu rentable, la marge opérationnelle a remonté de 40 points de base, à 18%. C’est la branche L’Oréal Luxe (Lancôme, Saint Laurent, Armani etc.) qui a enregistré les plus solides résultats alors que la branche Produits Grand Public (L’Oréal Paris, Garnier etc.) s’est révélée moins dynamique. Il est vrai que le secteur du luxe dans son ensemble est soutenu par l’embellie de la croissance mondiale alors que les consommateurs asiatiques ont continué de plébisciter les marques occidentales les plus prestigieuses.


A l’occasion de la présentation des résultats, Jean-Paul Agon a assuré que L’Oréal avait les moyens financiers de racheter la part de 23% détenue par Nestlé (1,8 milliard de cash disponible, participation de 9% dans le capital de Sanofi). Pour rappel, la famille Bettencourt-Meyers détient un tiers du capital mais le pacte d’actionnaires entre L’Oréal et Nestlé, qui interdit aux deux parties d’accroître leurs parts, expire le 21 mars 2018. Un délai de six mois après le décès de Liliane Bettencourt (survenu le 21 septembre 2017), l’héritière du groupe fondé en 1909 par Eugène Schueller, avait été fixé. Une façon de signifier que L’Oréal a bien l’intention de garder la main pour éviter toute déstabilisation de son cours et de son actionnariat en cas de vente par Nestlé de sa participation. Une affaire à suivre…


En Bourse, l’action L’Oréal cède 1% depuis un an et ne gagne que 10% sur trois ans. La correction récente sur les marchés a pénalisé le titre du leader mondial des cosmétiques qui se négocie à 26 fois ses bénéfices attendus pour 2018, à comparer avec le PER 2018 de 26,8 du groupe allemand Beiersdorf (propriétaire de Nivéa) et qui a dégagé une croissance organique de 5,7% l’an dernier à 7,1 milliards d’euros. L’action Beiersdorf gagne 7,5% sur un an et 19% sur trois ans. La direction du groupe basé à Hambourg s’est montrée « raisonnablement optimiste » en ce début d’année marquée par un regain de volatilité sur les marchés.


Procter & Gamble et Unilever : deux géants présents dans les cosmétiques


De son côté, Estée Lauder vient de relever ses prévisions de croissance des ventes et des bénéfices pour son exercice 20017/2018 qui sera clôturé fin juin. Le groupe américain, qui a fait l’objet de rumeurs d’OPA notamment de la part de L’Oréal en août dernier, a vu son chiffre d’affaires trimestriel (clos fin décembre) progresser de 17% à 3,7 milliards de dollars. Recherchée par les investisseurs, l’action a bondi de 62% depuis un an et de 68% sur trois ans. Une performance boursière récente en-deçà de celle du japonais Shiseido qui bondit de 115% depuis un an et de 241% sur trois ans. Créée en 1872, il s’agit de la plus ancienne entreprise de cosmétique dans le monde.


En revanche, l’action Coty ne gagne que 5,6% depuis un an et perd 12,6% sur trois ans. Au troisième trimestre 2017, le parfumeur américain, d’origine française, a enregistré une perte nette de 19,7 millions de dollars liée aux coûts de l’accord avec Procter & Gamble (P&G). En 2015, le groupe Coty a, en effet, doublé de taille en prenant le contrôle de 43 marques (dont les licences d’Hugo Boss et Gucci) détenues auparavant par P&G et Bourjois. Pour autant, P&G (-10% sur un an, -6% sur trois ans) garde un pôle dédié aux produits de beauté (Head & Shoulders, Pantene etc.). Enfin, le géant anglo-néerlandais Unilever est également présent sur le marché de la beauté (Axe, Dove, Brut etc.). L’action Unilever gagne 12% depuis un an et 19% sur trois ans.

Source : Fargo, le 12/02/2018

Turbos Infinis best sur le secteur des cosmétiques :

Sous-jacent Type Barrière désactivante Echéance Cours* Levier Mnémo Isin
LVMH Call  204.36  $
Ouverte 2.01 € x6.02 G540S LU1547710936
LVMH Put  278.95 $
Ouverte 2.11 € x5.73 G820S LU1548191003
L'OREAL Call 144.38 $ Ouverte  3.39 € x5.21 H596S LU1357498267
L'OREAL Put 205.46 $  Ouverte    3.31€  x5.32 T302S LU1476963456
Source: Société Générale, le 12 février 2018



LES TURBOS INFINI BEST SONT DES PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL

Ces produits sont émis par SOCIETE GENERALE ou SG ISSUER, véhicule d’émission dédié de droit luxembourgeois offrant une garantie de formule donnée par Société Générale et soumis au risque de défaut de l’émetteur et du garant. Ils s’adressent à des investisseurs spécialistes de ces produits et ne devraient être achetés que par des investisseurs disposant de connaissances spécifiques. Les investisseurs doivent procéder, avant tout investissement, à leur propre analyse en se rapprochant le cas échéant de leurs propres conseils.

 Le présent document est un document à caractère promotionnel ; il ne constitue pas une sollicitation en vue de l’achat ou de la vente des produits qui y sont décrits.

Société Générale recommande aux investisseurs de lire attentivement la rubrique « facteurs de risques » du prospectus du produit. Le Prospectus de Base, Suppléments et Conditions Définitives (« Final Terms ») sont disponibles sur le site www.sgbourse.fr sur chaque page produit. Le prospectus concernant les bons d’option et bons d’options turbos est également disponible sur le site de l’AMF (www.amf-france.org) ou de la CSSF (www.cssf.lu) en fonction des produits concernés. Pour plus de précisions, se référer à la page produit sur le sitewww.sgbourse.fr.

Risque de marché : Ces produits peuvent connaître à tout moment d’importantes fluctuations de cours, pouvant aboutir dans certains cas à la perte totale du montant investi. Les produits ne comportent pas de protection du capital.

Effet de levier : Ces produits intègrent un effet de levier ou portent sur un indice de stratégie à effet, qui amplifient les mouvements de cours du sous-jacent de référence, à la hausse comme à la baisse, ce qui peut avoir un effet favorable ou défavorable sur la valeur du produit, suivant les cas.

Risque de désactivation : Si le cours du sous-jacent atteint ou franchit la barrière désactivante/prix d’exercice, le produit concerné de la gamme TURBOS INFINIS BEST sera automatiquement

désactivé et perd l’intégralité de sa valeur. Plus vous choisissez un Turbo Infinis Best dont la barrière désactivante est proche du cours actuel du sous-jacent, plus son prix est réduit et l’effet de levier

important, et plus le risque de désactivation est élevé. Et inversement.

Risque de crédit : En acquérant ces produits, l’investisseur prend un risque de crédit sur l’émetteur et sur son garant éventuel.

Les gains ou pertes éventuels sont exprimés hors frais, fiscalité applicable, taux de change et frais liés au cadre d’investissement (frais de courtage, droits de garde…).

Lorsque l’actif sous-jacent est coté et/ou libellé dans une devise étrangère et/ou, dans le cas d’un indice ou d’un panier, lorsque qu’il regroupe des composants libellés et/ou cotés dans une ou plusieurs devises, les produits seront sensibles aux évolutions du taux de change entre cette (ces) devise(s) et l’euro ou toute autre devise dans laquelle les produits sont libellés, sauf si les produits incluent une garantie de change.

Les produits font l’objet de contrats d’animation qui visent à assurer la liquidité sur Euronext Paris, dans des conditions normales de marché et de fonctionnement informatique.

Evénements exceptionnels affectant les sous-jacents : Société Générale se réserve la possibilité de procéder à des ajustements ou substitutions, voire de rembourser par anticipation les produits, notamment en cas d’événements affectant le(s) sous-jacent(s). Le remboursement anticipé des produits peut entraîner une perte totale ou partielle du montant investi.

Il appartient à chaque investisseur de s’assurer qu’il est autorisé à souscrire ou à investir dans ce produit.

NI LES PRODUITS, NI LA GARANTIE, NI AUCUN DROIT SUR CEUX-CI, NE POURRONT À AUCUN MOMENT ÊTRE OFFERTS, VENDUS, REVENDUS, NÉGOCIÉS, NANTIS, EXERCÉS, REMBOURSÉS, TRANSFÉRÉS OU LIVRÉS, DIRECTEMENT OU INDIRECTEMENT, AUX ÉTATS-UNIS NI À DES RESSORTISSANTS DES ÉTATS-UNIS OU POUR LEUR COMPTE OU À LEUR PROFIT, ET LA NÉGOCIATION DE CEUX-CI N’A PAS ÉTÉ APPROUVÉE PAR LA US COMMODITY FUTURES TRADING COMMISSION.

 


Les informations et analyses produites par DayByDay© ne constituent qu´une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de DayByDay© ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l´utilisation des informations et analyses par les lecteurs. DayByDay© est un bureau de recherche indépendant. Le lecteur est informé que DayByDay© n´a aucun conflit d´intérêt pouvant affecter l´objectivité de son analyse.

Avant tout investissement dans le(s) produit(s) visé(s) par le présent envoi, vous êtes invités à vous reporter à l’ensemble de la documentation qui présente les avantages et les risques de ces produits, et plus particulièrement aux avertissements figurant dans cette documentation. Conformément à la loi n°78.17 du 06/01/1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, vos droits d’accès, de rectification et d’opposition à nos fichiers peuvent être exercés auprès de Société Générale - Société Générale, Publication MARK/SLS/DIS/B2C/SGP, 17 cours Valmy, 92987 Paris - La Défense Cedex. Siège Social : Société Générale, 29 Boulevard Haussmann, 75009 Paris - 552 120 222 RCS de Paris - Numéro APE : 651C - Société Générale est un établissement de crédit de droit français agréé par l'ACPR

 

 
 
 
www.sgbourse.fr
0800 40 30 30
Nous écrire : info@sgbourse.fr
GROUPE SOCIETE GENERALE Editions Investisseurs Particuliers I Avertissement I © Société Générale 2018