N°407
SG Logo 12/02/2018
 
premium hebdo
 
homepage homepage homepage homepage homepage homepage homepage homepage
 
MARCHÉS
 
 

Bilan hebdomadaire : Panique à Wall Street

La semaine dernière a été marquée par un fort repli des indices américains et par un retour brutal de la volatilité sur les marchés actions dans un contexte toujours dominé par la crainte d’une remontée des taux. L’Europe n’a pas échappé à ce mouvement.

Après de nombreux mois de progression régulière, les marchés actions américains ont violemment décroché la semaine dernière, amplifiant le mouvement de repli déjà engagé lors de la séance du vendredi 2 février.

Lundi 5 février, le Dow Jones a perdu 4,60%, sa plus forte baisse quotidienne depuis août 2011. En cours de séance, l’indice phare du marché américain a perdu de plus de 6%, soit une chute record de plus de 1.500 points en cours de journée. Malgré deux séances d’accalmie mardi et mercredi, l’indice a de nouveau enregistré une chute de 4,15% jeudi. Le Dow Jones a limité ses pertes vendredi, terminant néanmoins la semaine sur un repli de 5,21% à 24.190 points.

Aucune publication n’a précisément été à l’origine de cette chute dans le courant de la semaine. La nervosité des investisseurs est principalement restée liée à la crainte d’une remontée des taux longs sur les marchés obligataires et à l’adoption de politiques monétaires plus restrictives dans un contexte de retour de l’inflation. Les craintes de resserrement monétaire ont été confirmées jeudi par les propos de Mark Carney, gouverneur de la Bank of England, qui a affirmé qu’il était « probable » que l’institution procède à une remontée de ses taux directeurs en 2018 pour réagir à la hausse de l’inflation, et ce malgré les incertitudes économiques liées au Brexit. De nombreux commentateurs ont évoqué une prochaine hausse dès le mois de mai.


La chute des marchés a été favorisée par les valorisations élevées atteintes par les marchés américains en début d’année, ayant poussé les investisseurs à prendre des profits. La baisse des marchés s’est transformé en chute avec le déclenchement de nombreux ordres « stop » lors de la séance de lundi aux Etats-Unis. Certains commentateurs ont également noté que l’aversion au risque des investisseurs a pu être amplifiée en début de semaine par la chute des crypto-monnaies et notamment du Bitcoin, brièvement revenu à 6.000 dollars par unité après avoir atteint un pic proche des 20.000 dollars fin 2017.


En Europe, la semaine n’a pas été marquée par des vagues de ventes paniques comme aux Etats-Unis. Le CAC 40 a néanmoins perdu 5,33% sur la semaine et l’Eurostoxx 50 s’est replié de 5,60%.


37 valeurs du CAC40 dans le rouge


Au sein du CAC 40, seules trois valeurs ont terminé en hausse cette semaine, la meilleure performance ayant été réalisée par Publicis (+2,20% sur la semaine), dont les résultats annuels et les prévisions de croissance ont été appréciées par les investisseurs. Malgré un chiffre d’affaires en repli de 0,4% sur l’ensemble de l’année 2017 par rapport à l’année 2016, le groupe a réalisé un résultat net positif de 862 millions d’euros contre une perte de 527 millions d’euros en 2016.


Du côté des baisses, les valeurs industrielles ont été particulièrement affectées par le mouvement de repli global. Les entreprises du secteur financier ont en revanche moins baissé que la moyenne, les investisseurs voyant d’un œil positif l’effet d’une hausse des taux sur les profits du secteur.


TechnipFMC a perdu 10,78% sur la semaine, le groupe parapétrolier ayant lourdement souffert du repli des cours du pétrole, revenus à 63 dollars/baril vendredi soir pour le Brent contre 68 dollars/baril une semaine plus tôt. Vinci (-8,25%) a chuté suite à la publication de résultats pourtant supérieurs aux attentes des investisseurs. Bouygues (-7,50%) a également été victime d’investisseurs désireux de se défaire de leurs actions d’entreprises cycliques.


Le secteur automobile a pour sa part souffert d’informations selon lesquelles Fiat Chrysler pourrait faire l’objet d’une forte amende de la part de la justice américaine pour l’emploi d’un logiciel destiné à falsifier les mesures d’émissions polluantes de ses véhicules, entraînant dans sa chute Peugeot (-6,01%) et Renault (-5,71%).

 

Source : Fargo le 12/02/2018

Turbos Infinis Best sur Actions :

Sous-jacent Type Barrière Désactivante
Echéance Cours* Levier Mnémo Isin
TechnipFMC
Call 20.65 $
Ouverte  0.75 € x6.41 4654S
LU1493151796
TechnipFMC
Put 27.97 $
Ouverte 0.89 € x5.46 H116S
LU1695233715
Vinci Call 68.32 $ Ouverte 2.48€ x6.47 G608S LU1695084373
Vinci
Put 94.9 $ Ouverte 3.37€ x4.74 G613S LU1547718913
Source: Société Générale, le 12 février 2018



LES TURBOS INFINI BEST SONT DES PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL

Ces produits sont émis par SOCIETE GENERALE ou SG ISSUER, véhicule d’émission dédié de droit luxembourgeois offrant une garantie de formule donnée par Société Générale et soumis au risque de défaut de l’émetteur et du garant. Ils s’adressent à des investisseurs spécialistes de ces produits et ne devraient être achetés que par des investisseurs disposant de connaissances spécifiques. Les investisseurs doivent procéder, avant tout investissement, à leur propre analyse en se rapprochant le cas échéant de leurs propres conseils.

 Le présent document est un document à caractère promotionnel ; il ne constitue pas une sollicitation en vue de l’achat ou de la vente des produits qui y sont décrits.

Société Générale recommande aux investisseurs de lire attentivement la rubrique « facteurs de risques » du prospectus du produit. Le Prospectus de Base, Suppléments et Conditions Définitives (« Final Terms ») sont disponibles sur le site www.sgbourse.fr sur chaque page produit. Le prospectus concernant les bons d’option et bons d’options turbos est également disponible sur le site de l’AMF (www.amf-france.org) ou de la CSSF (www.cssf.lu) en fonction des produits concernés. Pour plus de précisions, se référer à la page produit sur le sitewww.sgbourse.fr.

Risque de marché : Ces produits peuvent connaître à tout moment d’importantes fluctuations de cours, pouvant aboutir dans certains cas à la perte totale du montant investi. Les produits ne comportent pas de protection du capital.

Effet de levier : Ces produits intègrent un effet de levier ou portent sur un indice de stratégie à effet, qui amplifient les mouvements de cours du sous-jacent de référence, à la hausse comme à la baisse, ce qui peut avoir un effet favorable ou défavorable sur la valeur du produit, suivant les cas.

Risque de désactivation : Si le cours du sous-jacent atteint ou franchit la barrière désactivante/prix d’exercice, le produit concerné de la gamme TURBOS INFINIS BEST sera automatiquement

désactivé et perd l’intégralité de sa valeur. Plus vous choisissez un Turbo Infinis Best dont la barrière désactivante est proche du cours actuel du sous-jacent, plus son prix est réduit et l’effet de levier

important, et plus le risque de désactivation est élevé. Et inversement.

Risque de crédit : En acquérant ces produits, l’investisseur prend un risque de crédit sur l’émetteur et sur son garant éventuel.

Les gains ou pertes éventuels sont exprimés hors frais, fiscalité applicable, taux de change et frais liés au cadre d’investissement (frais de courtage, droits de garde…).

Lorsque l’actif sous-jacent est coté et/ou libellé dans une devise étrangère et/ou, dans le cas d’un indice ou d’un panier, lorsque qu’il regroupe des composants libellés et/ou cotés dans une ou plusieurs devises, les produits seront sensibles aux évolutions du taux de change entre cette (ces) devise(s) et l’euro ou toute autre devise dans laquelle les produits sont libellés, sauf si les produits incluent une garantie de change.

Les produits font l’objet de contrats d’animation qui visent à assurer la liquidité sur Euronext Paris, dans des conditions normales de marché et de fonctionnement informatique.

Evénements exceptionnels affectant les sous-jacents : Société Générale se réserve la possibilité de procéder à des ajustements ou substitutions, voire de rembourser par anticipation les produits, notamment en cas d’événements affectant le(s) sous-jacent(s). Le remboursement anticipé des produits peut entraîner une perte totale ou partielle du montant investi.

Il appartient à chaque investisseur de s’assurer qu’il est autorisé à souscrire ou à investir dans ce produit.

NI LES PRODUITS, NI LA GARANTIE, NI AUCUN DROIT SUR CEUX-CI, NE POURRONT À AUCUN MOMENT ÊTRE OFFERTS, VENDUS, REVENDUS, NÉGOCIÉS, NANTIS, EXERCÉS, REMBOURSÉS, TRANSFÉRÉS OU LIVRÉS, DIRECTEMENT OU INDIRECTEMENT, AUX ÉTATS-UNIS NI À DES RESSORTISSANTS DES ÉTATS-UNIS OU POUR LEUR COMPTE OU À LEUR PROFIT, ET LA NÉGOCIATION DE CEUX-CI N’A PAS ÉTÉ APPROUVÉE PAR LA US COMMODITY FUTURES TRADING COMMISSION.

 


Les informations et analyses produites par DayByDay© ne constituent qu´une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de DayByDay© ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l´utilisation des informations et analyses par les lecteurs. DayByDay© est un bureau de recherche indépendant. Le lecteur est informé que DayByDay© n´a aucun conflit d´intérêt pouvant affecter l´objectivité de son analyse.

Avant tout investissement dans le(s) produit(s) visé(s) par le présent envoi, vous êtes invités à vous reporter à l’ensemble de la documentation qui présente les avantages et les risques de ces produits, et plus particulièrement aux avertissements figurant dans cette documentation. Conformément à la loi n°78.17 du 06/01/1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, vos droits d’accès, de rectification et d’opposition à nos fichiers peuvent être exercés auprès de Société Générale - Société Générale, Publication MARK/SLS/DIS/B2C/SGP, 17 cours Valmy, 92987 Paris - La Défense Cedex. Siège Social : Société Générale, 29 Boulevard Haussmann, 75009 Paris - 552 120 222 RCS de Paris - Numéro APE : 651C - Société Générale est un établissement de crédit de droit français agréé par l'ACPR

 

 

 

 

 

 

 

 

 
www.sgbourse.fr
0800 40 30 30
Nous écrire : info@sgbourse.fr
GROUPE SOCIETE GENERALE Editions Investisseurs Particuliers I Avertissement I © Société Générale 2018