N°451
SG Logo 04/02/2019
 
premium hebdo
 
homepage homepage MARCHES homepage homepage homepage homepage
 
POINT SECTEUR
   
Luxe : un secteur boursier en or massif                                                


Le ralentissement de l’économie chinoise aurait pu laisser penser que les investisseurs allaient se détourner d’un secteur très exposé au consommateur asiatique. Les résultats annuels de LVMH ont rassuré les marchés.

Le palmarès du CAC 40 de la semaine écoulée est éloquent : les valeurs du luxe ont encore fini la course en tête. LVMH, le numéro un mondial du secteur, a enregistré la plus forte hausse hebdomadaire de l’indice parisien (+9%), devant son rival Kering (+5,4%) et L’Oréal (+5%) clôturant le podium. Seule la hausse de 4,8% d’Airbus a empêché Hermès de décrocher la quatrième place du classement (+4,2%). Constat implacable : le luxe, déjà considéré comme relativement « cher » en Bourse, continue d’attirer les investisseurs. Avec les excellents résultats du millésime 2018 réalisés par le leader LVMH, il est vrai que l’occasion était idéale pour se renforcer sur un secteur qui poursuit une croissance globale enviable et dans lequel les groupes français affirment leur domination sans complexe.

Dans la communauté financière, les arguments ne manquent pas, depuis bientôt deux décennies, pour vanter l’attrait de ces grandes enseignes qui ont joué la carte du luxe, même démocratisé. Les marques de luxe qui font rêver la clientèle internationale ne se livrent pas à une guerre des prix destructrice mais réussissent à imposer des prix relativement élevés, leur permettant de générer des marges toujours plus élevées. En Asie, les accessoires des marques françaises ou italiennes de renom sont devenus un signe extérieur de réussite qu’il est de bon ton d’arborer. C’est la grande force, par exemple, de Louis Vuitton, véritable machine à cash de LVMH, d’avoir réussi à symboliser à ce point le chic à la française à la portée, désormais, de millions de consommateurs aux quatre coins du monde.

Mardi 29 janvier, Bernard Arnault a effectivement dévoilé des résultats annuels particulièrement solides : le chiffre d’affaire du groupe de luxe (Louis Vuitton, Moët & Chandon, Céline, Dior, Fendi etc.) a encore progressé de 10% à 46,83 milliards d’euros alors que le résultat opérationnel courant (ROC) a dépassé pour la première fois la barre des 10 milliards d’euros (+21%). Au-delà des chiffres de bonne facture réalisés dans les différentes branches de l’empire (maroquinerie, vins et spiritueux, parfums et cosmétiques, distribution sélective), la direction a confirmé qu’aucun ralentissement n’avait été constaté en Asie (+15% sur l’année), le rythme ayant même accéléré au second semestre. Une information particulièrement appréciée par les investisseurs.

Risque de redressement fiscal de 1,4 milliard d’euros chez Kering

Sur les marchés, le titre LVMH s’est envolé de 6,9% mercredi. La valeur, qui se négocie avec un PER 2019 supérieur à 22, gagne 15% sur un an et 120% sur cinq ans. De son côté, l’action Kering, valorisée plus de 25 fois ses bénéfices 2019, grimpe de 19% sur un an et de 118% sur cinq ans. Le groupe dirigé par François-Henri Pinault (Gucci, Saint Laurent, Balenciaga, Boucheron etc.) dévoilera ses résultats annuels le 12 février. En attendant, l’annonce d’un possible redressement fiscal de 1,4 milliard d’euros en lien avec les activités de Luxury Goods International (LGI), la filiale suisse de Kering, en Italie au cours des années 2011-2017, n’a pas réussi à décourager les investisseurs malgré l’ampleur du montant estimé.

Hermès attendra le 20 mars pour dévoiler ses résultats 2018. Le sellier de la rue du Faubourg Saint-Honoré reste la valeur la plus chère du secteur avec un PER dépassant 41. Modèle de marque « pricing power » convoitée par ses concurrents, Hermès a su préserver son indépendance contre vents et marées (Bernard Arnault a tenté d’en prendre le contrôle entre 2010 et 2014) et un modèle original fondé sur la rareté de ses produits. L’action gagne 18% sur un an et 121% sur cinq ans.

Enfin, L’Oréal présentera ses résultats annuels le 7 février prochain. Si le numéro un mondial des cosmétiques n’est pas un « pure player » dans l’univers du luxe, son pôle Luxe (Lancôme, Giorgio Armani, Helena Rubinstein etc.) représente près d’un tiers du chiffre d’affaires global de 26,02 milliards d’euros enregistré en 2017. En Bourse, l’action L’Oréal, qui se négocie à près de 30 fois ses bénéfices estimés pour cette année, gagne 17% sur un an et 74% sur cinq ans.

Source : Fargo, le 04/02/2019

Warrants sur actions:

Sous-jacent Type    Prix d'exercice   Echéance Cours* Levier Delta Mnémo Isin
L'OREAL Call 210 € 20/12/2019 0.71€ x 7.66 + 51.0% 5299S LU1896384184
L'OREAL Put 195 € 21/06/2019 0.26€ x 11.8 - 28.5% D482S LU1860089280
LVMH Call 300 €  21/06/2019 0.75€ x 11.86 + 31.5% T702S LU1756766439
LVMH Put 280 € 15/03/2019 0.78€ x 16.66 - 46.0% M819S LU1790573957
KERING Call 475 €  20/12/2019 1.85€ x 5.33 + 44.5% 3359S LU1896146831
KERING Put 450 € 20/09/2019 2.64€ x 4.17 - 49.5% W606S LU1840947037
* Cours indicatifs en date du 04/02/2019 Source: Société Générale

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL

CES PRODUITS S’ADRESSENT À DES INVESTISSEURS SPECIALISTES ET NE DEVRAIENT ETRE ACHETES QUE PAR DES INVESTISSEURS DISPOSANT DES CONNAISSANCES SPECIFIQUES.

Les investisseurs doivent procéder, avant tout investissement, à leur propre analyse en se rapprochant le cas échéant de leurs propres conseils. Le présent document est un document promotionnel.

L’exactitude, l’exhaustivité ou la pertinence de l’information provenant de sources externes n’est pas garantie, bien qu’elle ait été obtenue auprès de sources raisonnablement jugées fiables. Société Générale n’assume aucune responsabilité à cet égard. Les éléments du présent document relatifs aux données de marchés sont fournis sur la base de données constatées à un moment précis et qui sont susceptibles de varier.
Société Générale recommande aux investisseurs de lire attentivement la rubrique « facteurs de risques » du prospectus du produit. Le Prospectus de Base, Suppléments et Conditions Définitives (« Final Terms ») sont disponibles sur les sites de l’émetteur (https://sgbourse.fr//) et de l’AMF (http://amf-france.org//).

Risque de marché : Ces produits peuvent connaître à tout moment d’importantes fluctuations de cours, pouvant aboutir dans certains cas à la perte totale du montant investi. Le produit ne comporte pas de protection du capital.

Effet de levier : Ces produits peuvent intégrer un effet de levier qui amplifie les mouvements de cours du sous-jacent de référence, à la hausse comme à la baisse, ce qui peut avoir un effet favorable ou défavorable sur la valeur du produit, suivant les cas, y compris sur de très courtes périodes d’investissement. L’investisseur est exposé à un risque de perte de la totalité du montant investi (mais pas au-delà).

Risque de crédit : En acquérant ces produits, l’investisseur prend un risque de crédit sur l’émetteur et sur son garant éventuel. Les gains ou pertes éventuels sont exprimés hors frais, fiscalité applicable, taux de change et frais liés au cadre d’investissement (frais de courtage, droits de garde…).

Lorsque l’actif sous-jacent est coté et/ou libellé dans une devise étrangère et/ou, dans le cas d’un indice ou d’un panier, lorsque qu’il regroupe des composants libellés et/ou cotés dans une ou plusieurs devises, les produits seront sensibles aux évolutions du taux de change entre cette (ces) devise(s) et l’euro ou toute autre devise dans laquelle les produits sont libellés, sauf si les produits incluent une garantie de change. 

Le produit fait l’objet de contrats d’animation qui visent à assurer la liquidité sur Euronext Paris, dans des conditions normales de marché et de fonctionnement informatique.

Société Générale se réserve la possibilité de procéder à des ajustements ou substitutions, voire de rembourser par anticipation le produit, notamment en cas d’événements affectant le(s) sous-jacent(s). Le remboursement anticipé du produit peut entraîner une perte totale ou partielle du montant investi.

NI LES PRODUITS, NI LA GARANTIE, NI AUCUN DROIT SUR CEUX-CI, NE POURRONT A AUCUN MOMENT ETRE OFFERTS, VENDUS, REVENDUS, NEGOCIES OU LIVRES, DIRECTEMENT OU INDIRECTEMENT, AUX ETATS-UNIS NI A DES RESSORTISSANTS DES ETATS-UNIS OU POUR LEUR COMPTE OU A LEUR PROFIT, ET LA NEGOCIATION DE CEUX-CI N’A PAS ETE APPROUVEE PAR LA US COMMODITY FUTURES TRADING COMMISSION.

Les informations et analyses produites par DayByDay© ne constituent qu´une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de DayByDay© ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l´utilisation des informations et analyses par les lecteurs. DayByDay© est un bureau de recherche indépendant. Le lecteur est informé que DayByDay© n´a aucun conflit d´intérêt pouvant affecter l´objectivité de son analyse.

Avant tout investissement dans le(s) produit(s) visé(s) par le présent envoi, vous êtes invités à vous reporter à l’ensemble de la documentation qui présente les avantages et les risques de ces produits, et plus particulièrement aux avertissements figurant dans cette documentation. Conformément à la loi n°78.17 du 06/01/1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, vos droits d’accès, de rectification et d’opposition à nos fichiers peuvent être exercés auprès de Société Générale - Société Générale, Publication MARK/SLS/DIS/B2C/SGP, 17 cours Valmy, 92987 Paris - La Défense Cedex. Siège Social : Société Générale, 29 Boulevard Haussmann, 75009 Paris - 552 120 222 RCS de Paris - Numéro APE : 651C - Société Générale est un établissement de crédit de droit français agréé par l'ACPR

 
 

 

 
 
 
 
www.sgbourse.fr
0800 40 30 30
Nous écrire : info@sgbourse.fr
GROUPE SOCIETE GENERALE Editions Investisseurs Particuliers I Contact I Avertissement I © Société Générale 2019